Nom de la loi

Lex Scantinia

Date

avant 50 av. J.-C.

Rogator

Inconnu

Thèmes

Sources

Cic., Fam., 8, 14, 4
Curre, per deos atque homines ! Et quam primum haec risum ueni, legis Scantiniae iudicium apud Drusum fieri, Appium de tabulis et signis agere ; crede mihi, est properandum.
 - Cic., Fam., 8, 12, 2-3
2. Postea non destitit arcessere Polam Seruium accusatorem, inire cum Domitio consilia. 3. Quibus cum parum procederet, ut ulla lege mihi ponerent accusatorem, compellari ea lege me uolerunt, † qua † dicere non poterant : insolentissimi homines summis Circensibus ludis meis postulandum me lege Scantinia curarunt. Vix hoc erat Pola elocutus, cum ego Appium censorem eadem lege postulaui : quod melius caderet, nihil uidi ; nam sic est a populo et non infimo quoque approbatum, ut maiorem Appio dolorem fama quam postulatio attulerit.

Note(s) : ‖ † qua † Sh. B. : qua Mediceus quam Tyrrell Purser ‖ dicere Mediceus : <digne> dicere Sh. B. in app. digne Cavarzere ‖.
 - Iuu., 2, 43-50
« Quod si uexantur leges ac iura, citari / ante omnis debet Scantinia. Respice primum / et scrutare uiros, faciunt nam plura ; sed illos / defendit numerus iunctaeque umbone phalanges. / Magna inter molles concordia. Non erit ullum / exemplum in nostro tam detestabile sexu. / Tedia non lambit Cluuiam nec Flora Catullam : / Hispo subit iuuenes et morbo pallet utroque. »

Note(s) : cf. Iuu., 2, 29-33 Qualis erat nuper tragico pollutus adulter / concubitu, qui tunc leges reuocabat amaras / omnibus atque ipsis Veneri Martique timendas, / cum tot abortiuis fecundam Iulia uuluam / solueret et patruo similes effunderet offas. et Schol. Iuu., 2, 44.
 - Iuu., 2, 29-33

Qualis erat nuper tragico pollutus adulter / concubitu, qui tunc leges reuocabat amaras / omnibus atque ipsis Veneri Martique timendas, / cum tot abortiuis fecundam Iulia uuluam / solueret et patruo similes effunderet offas.

 - Suet., Dom., 8, 4
Suscepta correctione morum, licentiam theatralem promiscue in equitem spectandi inhibuit ; scripta famosa uulgoque edita, quibus primores uiri ac feminae notabantur, aboleuit, non sine auctorum ignominia ; quaestorium uirum, quod gesticulandi saltandique studio teneretur, mouit senatu : probrosis feminis lecticae usum ademit iusque capiendi legata hereditatesque ; equitem R. ob reductam in matrimonium uxorem, cui dimissae adulterii crimen intenderat, erasit iudicum albo ; quosdam ex utroque ordine lege Scantinia condemnauit; incesta Vestalium uirginum, a patre quoque suo et fratre neglecta, uarie ac seuere coercuit, priora capitali supplicio, posteriora more ueteri.
 - Tert., Monog., 12, 6
Prospiciebat spiritus sanctus dicturos quosdam : « Omnia licent episcopis », sicut ille uester Vtinensis nec Scantiniam timuit.
 - Auson., Epigr., 99
DE IVRIS CONSVLTO QUI VXOREM HABEBAT ADVLTERAM. Iuris consulto, cui uiuit adultera coniunx, Papia lex placuit, Iulia displicuit. Quaeritis, unde haec sit distantia ? Semiuir ipse Scantiniam metuens, non metuit Titiam.

Note(s) : ‖ Scantiniam CKM : scatin- ET ‖.
 - Prud., Peristeph., 10, 200-204
Sed, credo, magni limen amplectar Iouis, / qui si citetur legibus uestris reus, / laqueis minacis implicatus Iuliae / luat seueram uictus et Scantiniam / te cognitore dignus ire in carcerem.
 - Glossae Iuuenalianae - 

Scantinia lex de cinaedis.

CGL, V, 654, 24

Scantinia lex de cinaedis.

Bibliographie

  • Christius, J. F., Historia legis Scatiniae, Magdebourg, 1727
  • Lange, 23, 667
  • Voigt, M., « Ueber die lex Cornelia sumtuaria », BSG , 42, 1890, 244-279 (273-276)
  • Mommsen, Strafr., 703 = Dr. pén., 2, 431-433
  • Stroppolatini, G., « Lex Scatinia o lex Scatinia ? », Annuario dello Istituto di storia del diritto romano , Catane, 7, 1899-1900, 49-51
  • Ferrini, C., Esposizione storica e dottrinale del diritto penale romano, Milan, 1902, 361
  • Rotondi, LPR, 293
  • Costa, E., Crimini e pene da Romolo a Giustiniano, Bologne, 1921, 75
  • Weiß, E., RE, 12, 2, 1925, s. u. lex Scantinia, 2413
  • Kunkel, Untersuchungen, 72-73
  • Cavarzere, M. , Marco Celio Rufo. Lettere (Cic. fam. l. VIII), Brescia, 1983, 160-163, 173, 402-404, 436-437
  • Dalla, D. , Vbi Venus mutatur. Omosessualità e diritto nel mondo romano, Milan, 1987, 71-99
  • Cantarella, E. , « Etica sessuale e diritto. L’omosessualità maschile à Roma », RJ , 6, 1987, 265-277 (repris dans : E. Cantarella, Secondo natura. La bisessualità nel mondo antico, Rome, 1988, 141-162)
  • Rizzelli, G., « Il crimen lenocinii », AG , 210, 1990, 482-489
  • Fantham, E., « Stuprum. Public Attitudes and Penalties for Sexual Offences in Republican Rome », EMC , 35, 1991, 285-289
  • Richlin, A., « Not before Homosexuality : The Materiality of the Cinaedus and the Roman Law against Love between Men », Journal of the History of Sexuality , 3, fasc. 4, 1993, 523-573
  • Ryan, F. X. , « The lex Scantinia and the Prosecution of Censors and Aediles », CPh , 89, 1994, 159-162
  • Rizzelli, Lex Iulia, 144-146, 153, 219-222
  • Lovisi, C., « À l’origine de la loi Scantinia ? », Mélanges à la mémoire de André Magdelain , Paris, 1998, 275-283
  • Cloud, D., « A ‘philologist’ looks at the ‘lex Scantinia’ », Iuris vincula. Studi in onore di Mario Talamanca , 2, Naples, 2001, 201-225
  • Migliaresi, M., « Note sulla lex Scantinia : legge comiziale ? », Iura , 55, 2004-2005, 164-196.

Commentaire

Sommaire


1. - Objet, nom et index de la loi

La loi Scantinia, très probablement due à un tribun de la plèbe (aucun consul Scantinius n’est attesté), réprimait certains types, difficiles à préciser, de comportements sexuels entre partenaires masculins, d’après le témoignage de Iuu., 2, 43-50« Quod si uexantur leges ac iura, citari
 ante omnis debet Scantinia. Respice primum / et scrutare uiros, faciunt nam plura ; sed illos / defendit numerus iunctaeque umbone phalanges. / Magna inter molles concordia. Non erit ullum / exemplum in nostro tam detestabile sexu. / Tedia non lambit Cluuiam nec Flora Catullam : / Hispo subit iuuenes et morbo pallet utroque. » : 47 molles, 50 Hispo subit iuuenes ; cf. CGL, V, 654, 24Scantinia lex de cinaedis. ; Auson., Epigr., 99DE IVRIS CONSVLTO QUI VXOREM HABEBAT ADVLTERAM. / Iuris consulto, cui uiuit adultera coniunx, / Papia lex placuit, Iulia displicuit. / Quaeritis, unde haec sit distantia ? Semiuir ipse / Scantiniam metuens, non metuit Titiam. / ‖ Scantiniam CKM : scatin- ET ‖.

Note(s) : ‖ Scantiniam CKM : scatin- ET ‖.
: semiuir (contra, malgré ces témoignages, Costa, 75, pour qui la loi punissait toutes les formes de stuprum, et S. Lilja, Homosexuality in Republican and Augustan Rome, Helsinki, 1983, 117 et 121, qui suggère que la loi concernait la répression de la castration).

La forme Scatinia, jadis employée par Christius et encore par Cantarella, 1987, 264-266, et Rizzelli, 489, n. 66, doit être abandonnée, car elle repose sur des leçons fautives : essentiellement Scatinius dans le nom de C. Scantinius Capitolinus (RE 3), selon certains manuscrits de Val. Max., 6, 1, 7Sequitur excellentis nominis ac memorabilis facti exemplum. M. Claudius Marcellus aedilis curulis C. Scantinio Capitolino tribuno pl. diem ad populum dixit, quod filium suum de stupro appellasset, eoque asseuerante se cogi non posse ut adesset, quia sacrosanctam potestatem haberet, et ob id tribunicium auxilium inplorante, totum collegium tribunorum negauit se intercedere quo minus pudicitiae quaestio perageretur. Citatus itaque Scantinius reus uno teste qui temptatus erat damnatus est. Constat iuuenem productum in rostra defixo in terram uultu perseueranter tacuisse uerecundoque silentio plurimum in ultionem suam ualuisse.

Note : ‖ Scantinio AL : Sanctin- DG Scatin- EF ‖.
(sur l’anecdote le mettant en scène, cf. infra, § 2), et Scatiniae pour Atiniae dans Cic., Phil., 3, 6, 16Hinc Voconiae, hinc Atiniae leges, hinc multae sellae curules. ‖ Atiniae c : sant- t scant- nl1g1 scat- n3 ‖.

Note(s) : ‖ Atiniae c : sant- t scant- nl1g1 scat- n3 ‖.
(voir Stroppolatini, et en outre les apparats critiques des textes de Val. Max. et Auson.). Cloud, 206, n. 7, en a d’autre part démontré l’impossibilité pour raisons linguistiques et métriques.

L’index : de nefanda Venere, mentionné à la suite de Lange, 23, 667, par divers auteurs, est sans attestation antique.

2. - Le rogator et la date de la loi

L’auteur et la date de cette loi sont également très incertains.

Christius, 9-10, a justement rejeté l’hypothèse de certains humanistes selon laquelle la loi aurait tiré son nom d’un magistrat de 226 av. J.-C., C. Scantinius Capitolinus (RE 3), tribun ou édile, qui s’était rendu coupable de sollicitations sexuelles envers un iuuenis (παῖς selon Plut.), fils de C. Claudius Marcellus (RE 221) alors édile, qui le fit condamner au terme d’une procédure comitiale (Val. Max., 6, 1, 7Sequitur excellentis nominis ac memorabilis facti exemplum. M. Claudius Marcellus aedilis curulis C. Scantinio Capitolino tribuno pl. diem ad populum dixit, quod filium suum de stupro appellasset, eoque asseuerante se cogi non posse ut adesset, quia sacrosanctam potestatem haberet, et ob id tribunicium auxilium inplorante, totum collegium tribunorum negauit se intercedere quo minus pudicitiae quaestio perageretur. Citatus itaque Scantinius reus uno teste qui temptatus erat damnatus est. Constat iuuenem productum in rostra defixo in terram uultu perseueranter tacuisse uerecundoque silentio plurimum in ultionem suam ualuisse. ‖ Scantinio AL : Sanctin- DG Scatin- EF ‖. ; Plut., Marc., 2, 3-43. ἦν γὰρ αὐτῷ παῖς ὁμώνυμος ἐν ὥρᾳ, τὴν ὄψιν ἐκπρεπής, οὐχ ἧττον δὲ τῷ σωφρονεῖν καὶ πεπαιδεῦσθαι περίβλεπτος ὑπὸ τῶν πολιτῶν τούτῳ Καπετωλῖνος ὁ τοῦ Μαρκέλλου συνάρχων, ἀσελγὴς ἀνὴρ καὶ θρασύς, ἐρῶν λόγους προσήνεγκε. τοῦ δὲ παιδὸς τὸ μὲν πρῶτον αὐτοῦ καθ᾽ ἑαυτὸν ἀποτριψαμένου τὴν πεῖραν, ὡς δὲ αὖθις ἐπεχείρησε κατειπόντος πρὸς τὸν πατέρα, βαρέως ἐνεγκὼν ὁ Μάρκελλος προσήγγειλε τῇ βουλῇ τὸν ἄνθρωπον. 4. ὁ δὲ πολλὰς μὲν ἀποδράσεις καὶ παραγραφὰς ἐμηχανᾶτο, τοὺς δημάρχους ἐπικαλούμενος, ἐκείνων δὲ μὴ προσδεχομένων τὴν ἐπίκλησιν ἀρνήσει τὴν αἰτίαν ἔφευγε, καὶ μάρτυρος οὐδενὸς τῶν λόγων γεγονότος ἔδοξε μεταπέμπεσθαι τὸν παῖδα τῇ βουλῇ, παραγενομένου δ᾽ ἰδόντες ἐρύθημα καὶ δάκρυον καὶ μεμιγμένον ἀπαύστῳ1 τῷ θυμουμένῳ τὸ αἰδούμενον, οὐδενὸς ἄλλου δεηθέντες τεκμηρίου κατεψηφίσαντο καὶ χρήμασιν ἐζημίωσαν Καπετωλῖνον, ἐξ ὧν ὁ Μάρκελλος ἀργυρᾶ λοιβεῖα ποιησάμενος τοῖς θεοῖς καθιέρωσεν. , faisant état moins vraisemblablement d’un jugement par le sénat). Le mode constant de dénomination des lois romaines exclut que la Scantinia, qui aurait été votée à la suite de cet épisode, ait tiré son nom de celui d’un coupable du délit qu’elle réprima ultérieurement (cf. F. Münzer, RE, II A 2, 1921, s. u. Scantinius n° 1, 352). Migliaresi, 176 et 195, acceptant cependant encore l’idée que la mesure ait été désignée à partir du nom d’un coupable, présente l’hypothèse d’une « pronuncia popolare » n’ayant pas le statut de lex rogata, dont on ne voit pas comment elle aurait pu fonder une procédure judiciaire en 50 av. J.-C. (cf. infra, § 3), ni pourquoi elle aurait été désignée comme lex.

L’hypothèse (Voigt, 275) d’un plébiscite présenté peu après cet épisode par P. Scantinius (mentionné seulement comme pontife, mort en 216, sans tribunat attesté, cf. F. Münzer, RE, II A 2, s. u. Scantinius n° 2) pour laver l’honneur de sa gens, un peu moins invraisemblable, n’est généralement pas suivie (Dalla, 89, n. 49 ; Cantarella, 226).

Enfin, B.P. Grenfell et A.S. Hunt, The Oxyrhynchus Papyri, IV, Londres, 1904, 106, premiers éditeurs de P. Oxy., 668, 115-116M. Sca[n]tius / [……….]am tulit in stupro deprehensi.. ‖ Sca[n]tius Kornemann : Sca[n]t<in>ius Warde Fowler ‖ ]am pap. : plebiscitum W. F. [repuls]am Kornemann [turpem fam]am Luterbacher [grauem poen]am H. I. Mueller [censoris not]am dubit. Rossbach ‖ in stupro pap. : <de> i- s- W. F. ‖ deprehensi.. pap. : deprenhensi<s> W. F. deprehens[us] Kornemann ‖. (P. Oxy., 50M. Sca[n]tius / [……….]am tulit in stupro deprehensi.. ‖ Sca[n]tius Kornemann : Sca[n]t<in>ius Warde Fowler ‖ ]am pap. : plebiscitum W. F. [repuls]am Kornemann [turpem fam]am Luterbacher [grauem poen]am H. I. Mueller [censoris not]am dubit. Rossbach ‖ in stupro pap. : <de> i- s- W. F. ‖ deprehensi.. pap. : deprenhensi<s> W. F. deprehens[us] Kornemann ‖. ), contenant un épitomé de Liv., ont voulu tirer de leur lecture de ce texte extrêmement corrompu, en y intégrant cinq corrections que leur avait suggérées W. Warde Fowler, la preuve du passage de la loi Scantinia en 149 av. J.-C., mais E. Kornemann, Die neue Livius-Epitome aus Oxyrhynchus. Text und Untersuchungen, Leipzig, 1904, 50, corrigeant plus légèrement la leçon du papyrus, Scatius, en Sca[n]tius, qui correspond à un gentilice attesté, et lisant deprehensu<s>, élimine toute relation avec la loi Scantinia. Les éditeurs de l’épitomé (O. Rossbach, Leipzig, Teubner, 1910, 135 ; P. Jal, Paris, CUF, 1984, 2, 122), n’acceptent pas les corrections de Warde Fowler et impriment Sca[n]tius. Les commentateurs sont partagés : alors que Münzer, loc. cit., repoussait tout lien entre l’anecdote du P. Oxy. et le vote de la loi Scantinia, Dalla, 91-92, est peu décisif, et Lovisi, 280, accepte le lien et la datation. On suivra au contraire Broughton, MRR, 1, 460, n. 3, Cantarella, 265, et Cloud, 207, n. 11, qui les refusent.

On ne peut donc tirer des éléments envisagés ci-dessus ni identification du rogator ni datation assurées.

3. - Les procès de 50 av. J.-C.

Les premières attestations fiables d’une lex Scantinia et de procédures judiciaires entreprises sur son fondement sont en fait fournies par deux lettres de M. Caelius Rufus (RE 35) à Cicéron datant de 50 av. J.-C. : la première (entre le 5 et le 10 août), Cic., Fam., 8, 14, 4Curre, per deos atque homines ! Et quam primum haec risum ueni, legis Scantiniae iudicium apud Drusum fieri, Appium de tabulis et signis agere ; crede mihi, est properandum., mentionne comme un paradoxe comique le fait qu’un personnage nommé Drusus préside une juridiction ou participe au jugement d’une affaire (iudicium fieri apud est ambigu : Shackleton Bailey, Fam., 1, 433) en vertu de cette loi, alors que le contexte suggère qu’il n’était pas innocent du délit qu’elle réprimait (dans ce sens Cavarzere, 437). Alors que Mommsen le déclarait inconnu par ailleurs, il est généralement identifié à M. Liuius Drusus Claudianus, cf. F. Münzer, RE, 13, 1, 1926 s. u. Liuius n° 19, col. 883 ; Broughton, MRR, 2, 249. Il doit en effet s’agir d’un personnage assez connu, et Caelius le mentionne peut-être avec Appius parce qu’ils étaient tous deux des Claudii, sans doute proches parents (hypothèses généalogiques dans Drumann-Groebe, Geschichte Roms, 2, 140-141, 158 et 546-547).

La seconde lettre (vers le 20 septembre), Cic., Fam., 8, 12, 2-32. Postea non destitit arcessere Polam Seruium accusatorem, inire cum Domitio consilia. 3. Quibus cum parum procederet, ut ulla lege mihi ponerent accusatorem, compellari ea lege me uolerunt, † qua † dicere non poterant : insolentissimi homines summis Circensibus ludis meis postulandum me lege Scantinia curarunt. Vix hoc erat Pola elocutus, cum ego Appium censorem eadem lege postulaui : quod melius caderet, nihil uidi ; nam sic est a populo et non infimo quoque approbatum, ut maiorem Appio dolorem fama quam postulatio attulerit. ‖ † qua † Sh. B. : qua Mediceus quam Tyrrell Purser ‖ dicere Mediceus : <digne> dicere Sh. B. in app. digne Cavarzere ‖.

Note(s) : ‖ † qua † Sh. B. : qua Mediceus quam Tyrrell Purser ‖ dicere Mediceus : <digne> dicere Sh. B. in app. digne Cavarzere ‖.
, fait état de deux procédures concernant Caelius, apparemment sans lien avec la précédente allusion (Cloud, 218, n. 36) : l’une, intentée contre lui par un certain Seruius Pola (RE 5), à l’instigation d’App. Claudius Pulcher (RE 297), alors censeur, et de L. Domitius Ahenobarbus (RE 27), l’autre, immédiatement initiée à titre de rétorsion par Caelius contre le censeur. Les comportements réprimés par la loi ne sont pas indiqués, comme il est naturel entre correspondants partageant les mêmes connaissances et parce que Caelius ne souhaitait probablement pas s’attarder sur des détails le mettant en cause. Une incertitude textuelle (cf. l’apparat pour † qua †) fait qu’une partie de l’information (la situation personnelle de l’accusateur et de ses instigateurs vis-à-vis de cette loi) nous échappe.

L’hypothèse de Drumann-Groebe, Geschichte Roms, 6, 85-86, selon laquelle P. Cornelius Dolabella (RE 141), aurait été accusé en 52 ou 51 sur la base de la loi Scantinia n’est pas réellement démontrée par les sources invoquées : Cic., Fam., 3, 10, 5Illud vero mihi permirum accidit, tantam temeritatem fuisse in eo adolescente, cuius ego salutem duobus capitis iudiciis summa contentione defendi, ut tuis inimicitiis suscipiendis obliuisceretur patroni omnium fortunarum ac rationum suarum, praesertim cum tu omnibus uel ornamentis uel praesidiis redundares, ipsi, ut leuissime dicam, multa deessent. ; Cic., Fam., 6, 11, 1Dolabellam antea tantummodo diligebam, obligatus ei nihil eram—nec enim acciderat mihi opus esse, et ille mihi debebat, quod non defueram eius periculis — : nunc tanto sum deuinctus eius beneficio, quod et antea in re et hoc tempore in salute tua cumulatissime mihi satisfecit, ut nemini plus debeam. ; Cic., Phil., 11, 9Nam ceteris quidem uitae partibus quis est qui possit sine Treboni maxima contumelia conferre uitam Treboni cum Dolabellae ? Alterius consilium, ingenium, humanitatem, innocentiam, magnitudinem animi in patria liberanda quis ignorat ? Alteri a puero pro deliciis crudelitas fuit, deinde ea libidinum turpitudo, ut in hoc sit semper ipse laetatus, quod ea faceret, quae sibi obici ne ab inimico quidem possent uerecundo. ; cf. J. W. Crawford, M. Tullius Cicero : The Lost and Unpublished Orations, Göttingen, 1984, et Alexander, Trials, 156, n° 317.

4. - Les mentions d’époque impériale

Iuu., 2, 29-33 Qualis erat nuper tragico pollutus adulter / concubitu, qui tunc leges reuocabat amaras / omnibus atque ipsis Veneri Martique timendas, / cum tot abortiuis fecundam Iulia uuluam / solueret et patruo similes effunderet offas. évoque en les présentant comme hypocrites les tentatives de Domitien, qui exerçait sous divers titres les fonctions censoriennes depuis 84 apr. J.-C., de remettre en vigueur (reuocabat) des « lois sévères » concernant la sexualité (dont l’adultère, réprimé par la lex Iulia de adulteriis coercendis, voir notice n° 432), et fait prononcer à un personnage féminin une attaque contre les mœurs sexuelles masculines (Iuu., 2, 43-50« Quod si uexantur leges ac iura, citari / ante omnis debet Scantinia. Respice primum / et scrutare uiros, faciunt nam plura ; sed illos / defendit numerus iunctaeque umbone phalanges. / Magna inter molles concordia. Non erit ullum / exemplum in nostro tam detestabile sexu./ Tedia non lambit Cluuiam nec Flora Catullam : / Hispo subit iuuenes et morbo pallet utroque. »), dans laquelle la loi Scantinia est mentionnée comme concernant les molles (hommes sexuellement passifs), mais n’étant plus réellement appliquée. Est également évoqué un personnage nommé Hispo, entretenant des relations passives (subit) avec des iuuenes, mais jouant aussi bien un rôle actif qu’un rôle passif (morbo pallet utroque ; voir l’analyse de la métaphore de la maladie dans S. Morton Braund, Juvenal. Satires. Book I, Cambridge, 1996, 133-134). Un glossateur tardif, Glossae Iuuenalianae, CGL, V, 654, 24 Source , précise que la loi visait les cinaedi, sans disposer nécessairement d’une source extérieure au texte même de Juvénal qu’il ne fait qu’expliciter.

Suet., Dom., 8, 4Suscepta correctione morum, licentiam theatralem promiscue in equitem spectandi inhibuit ; scripta famosa uulgoque edita, quibus primores uiri ac feminae notabantur, aboleuit, non sine auctorum ignominia ; quaestorium uirum, quod gesticulandi saltandique studio teneretur, mouit senatu : probrosis feminis lecticae usum ademit iusque capiendi legata hereditatesque ; equitem R. ob reductam in matrimonium uxorem, cui dimissae adulterii crimen intenderat, erasit iudicum albo ; quosdam ex utroque ordine lege Scantinia condemnauit; incesta Vestalium uirginum, a patre quoque suo et fratre neglecta, uarie ac seuere coercuit, priora capitali supplicio, posteriora more ueteri., dans son résumé des activités judiciaires de Domitien (cf. Suet., Dom., 8, 1Ius diligenter et industrie dixit, plerumque et in foro pro tribunali extra ordinem.), confirme que celui-ci appliqua la loi Scantinia à des sénateurs et à des chevaliers dans le cadre de sa réforme des mœurs (cf. 8, 4 suscepta correctione morum). La loi est mentionnée entre le rappel d’une affaire d’adultère et celui de condamnation de Vestales pour incestum. On ne peut tirer de ce texte une indication concernant la procédure judiciaire mise en œuvre : condemnauit peut aussi bien faire référence à l’exercice direct par le princeps de la juridiction extra ordinem (cf. Suet., Dom., 8, 1) qu’avoir valeur factitive, et renvoyer à l’intervention d’un organe judiciaire non spécifié (les deux hypothèses sont envisagées par R. A. Bauman, « The résumé of legislation in Suetonius », ZRG, 99, 1982, 122).

Trois autres sources attestent que le nom et l’objet de la loi étaient encore connus aux IIIe et IVe s., mais ne permettent pas d’affirmer son application à cette période (contra, Migliaresi, 184). Tert., Monog., 12, 6 Prospiciebat spiritus sanctus dicturos quosdam : « Omnia licent episcopis », sicut ille uester Vtinensis nec Scantiniam timuit. (vers 213-214), défendant le principe du mariage unique pour les prêtres, cite comme exemple de la corruption de certains membres du clergé africain le cas d’un évêque d’Uthina qui commettait une faute plus grave encore en « ne craignant même pas la loi Scantinia ». Auson., Epigr., 99DE IVRIS CONSVLTO QUI VXOREM HABEBAT ADVLTERAM. Iuris consulto, cui uiuit adultera coniunx, / Papia lex placuit, Iulia displicuit. / Quaeritis, unde haec sit distantia ? Semiuir ipse / Scantiniam metuens, non metuit Titiam. / ‖ Scantiniam CKM : scatin- ET ‖.

Note(s) : ‖ Scantiniam CKM : scatin- ET ‖.
, se livre à un jeu érudit et obscur (cf. la notice n° 711, lex Titia) sur la mention de quatre lois, dont la Scantinia, présentée comme objet de crainte pour un semiuir. On ne peut dater précisément son épigramme satirique (entre 334 et 394 ; voir N. M. Kay, Ausonius Epigrams. Text with introduction and commentary, Londres, 2001, 23), mais on peut supposer que l’épigramme est postérieure à l’exercice par Ausone de la fonction de quaestor sacri palatii en 375-377, qui comportait des activités législatives, cf. Kay, 257). Enfin, Prud., Peristeph., 10, 200-204Sed, credo, magni limen amplectar Iouis, / qui si citetur legibus uestris reus, / laqueis minacis implicatus Iuliae / luat seueram uictus et Scantiniam / te cognitore dignus ire in carcerem. (vers 400 apr. J.-C.), imaginant les attaques du martyr Romanus contre les gentiles, présente leur dieu Jupiter comme digne d’être condamné à une peine de prison selon leurs propres lois, la loi Iulia (d’adultère) et la loi Scantinia, par allusion évidente aux comportements sexuels prêtés à ce dieu par la mythologie (allusion à Ganymède, cf. Cloud, 210).

On observera qu’aucun des textes ne mentionne une répression effective ou un procès particulier, et d’ailleurs la loi est inconnue des sources juridiques classiques et post-classiques. En outre, il semble (malgré une certaine incertitude chronologique), que la répression de certains comportements homosexuels masculins ait été assurée par une application extensive de la lex Iulia de adulteriis (voir notice n° 432, § 13. 2 ; dans ce sens, Cloud, 206-216, se fondant sur une constitution de Constance et Constant, datant de 342, CTh, n° 1, l. 59Impp. Constantius et Constans AA. ad populum. Cum uir nubit in feminam, femina uiros proiectura quid cupiat, ubi sexus perdidit locum, ubi scelus est id, quod non proficit scire, ubi Venus mutatur in alteram formam, ubi amor quaeritur nec uidetur, iubemus insurgere leges, armari iura gladio ultore, ut exquisitis poenis subdantur infames, qui sunt uel qui futuri sunt rei. Dat. prid. Non. dec. Mediolano, proposita Romae XVII Kal. ianuar. Constantio III et Constante II AA. conss., et sur Sent. Paul., 2, 26, 12-13 12. Qui masculum liberum inuitum stuprauerit, capite punitur. 13. Qui uoluntate sua stuprum flagitiumque impurum patitur, dimidia parte bonorum suorum multatur, nec testamentum ei ex maiore parte facere licet.). Le nom de la loi était donc devenu essentiellement aux IIIe et IVe s. un souvenir littéraire que se transmettaient les auteurs, servant à stigmatiser de manière allusive, sans avoir à le décrire ou à le nommer, le comportement sexuel de certains hommes, comme la lex Iulia pour l’adultère des femmes (Cloud, 209-211, réfutant Cantarella, 227).

On peut donc seulement affirmer, grâce aux témoignages de Juvénal et Suétone, que la loi Scantinia était encore en vigueur jusque vers la fin du Ier s. apr. J.-C., donc que la lex Iulia de adulteriis coercendis ne l’avait pas abrogée.

5. - Les délits visés

Étant donné qu’aucune source n’indique précisément la nature des actes ni le statut des auteurs visés par la loi Scantinia, on est réduit à des reconstitutions assez incertaines. On sait que la morale sexuelle traditionnelle, à Rome, prenait en compte, à côté du sexe et de l’âge des individus concernés, leur statut juridique (cf. Plaut., Curc., 1, 37-38Phaedromus. - Dum ted abstineas nupta, uidua, uirgine,
 iuuentute et pueris liberis, ama quid lubet., et Q. Haterius, cos. suff. 5 av. J.-C. ap. Sen. rhet., Contr., 4, praef. 10Memini illum, cum libertinum reum defenderet, cui obiciebatur, quod patroni concubinus fuisset, dixisse : « Impudicitia in ingenuo crimen est, in seruo necessitas, in liberto officium. » Res in iocos abiit : « Non facis mihi officium » et « Multum ille huic in officiis uersatur ». Ex eo impudici et obsceni aliquamdiu officiosi uocitati sunt., la nature active ou passive des rapports (Dalla, 98-99 ; Richlin, 530-531), et la circonstance de violence (rapt, viol). Elle distribuait ainsi sa désapprobation de manière complexe, que les notions modernes d’hétérosexualité et d’homosexualité ne saisissent pas de manière pertinente : on ne peut donc recevoir la théorie selon laquelle la loi aurait puni de manière générale le stuprum cum masculo entre personnes de condition libre (Voigt, 273 ; Ferrini, 361 ; Weiß, 2413). La soumission sexuelle d’un homme ingenuus à un autre homme était l’objet d’une vive réprobation, exprimée par une terminologie abondante et la fréquence des invectives politiques ou satiriques (voir Richlin, 531). On a donc supposé avec vraisemblance que la loi Scantinia visait ce type de comportement (Mommsen, avec prudence ; Dalla, 98-99 ; Cantarella, 269-270 ; Lovisi, 277 ; Cloud, 217, 220).

De même, la société romaine, en opposition à la représentation qu’elle avait de la παιδεραστία grecque, a constamment et fortement réprouvé les relations sexuelles d’un homme avec un ingenuus non encore adulte (puer praetextatus), ou un très jeune homme, comme l’attestent des textes théoriques, tels ceux de Plaute et de Q. Haterius mentionnés ci-dessus, de Plut., Mor., 287 F-288 ADιὰ τί κοσμοῦσι τοὺς παῖδας τοῖς περιδεραίοις, ἃ βούλλας καλοῦσι ; (…) ἢ τοῖς παλαιοῖς οἰκετῶν μὲν ἐρᾶν ὥραν ἐχόντων οὐκ ἦν ἄδοξον οὐδ᾽ αἰσχρόν, ὡς ἔτι νῦν αἱ κωμῳδίαι μαρτυροῦσιν, ἐλευθέρων δὲ παίδων ἰσχυρῶς ἀπείχοντο, καὶ ὅπως μηδὲ γυμνοῖς ἐντυχόντες ἀμφιγνοήσειαν, ἐφόρουν οἱ παῖδες τὸ παράσημον ;, ou des condamnations pénales (liste dans Voigt, 273-275), d’où l’hypothèse d’une répression d’un tel acte par la loi Scantinia (Mommsen ; Kunkel, 72 ; Dalla, 95 ; Cantarella, 268 ; Lovisi, 277 ; Cloud, 217, avec prudence). Il ne s’agit encore que d’une hypothèse vraisemblable.

6. - La procédure

On a tenté d’établir la nature, pénale ou civile, des procédures engagées en vertu de la loi, en se fondant essentiellement sur la terminologie de Caelius dans les deux lettres de 50 av. J.-C., et divers arguments extérieurs. Le terme postulare employé par Caelius peut correspondre aussi bien à une procédure pénale de quaestio qu’à la phase in iure d’une procédure civile (M. Wlassak, Anklage und Streitbefestigung im Kriminalrecht der Römer, Vienne, 1917, 6-8 ; Ryan, 169-161). Caelius semble opposer une procédure pénale « classique » à la fin de la République, menée par un accusator devant une quaestio, semblable à celles qu’on utilisait alors dans le combat politique (p. ex. pour ambitus, repetundae, uis, maiestas, etc. ; cf. quibus cum parum procederet, ut ulla lege mihi ponerent accusatorem) à une procédure d’un autre type (cf. compellari ea lege me uolerunt, † qua † dicere non poterant). On en retire l’impression d’un cas de remise en vigueur d’une procédure archaïque dans les combats politiques de la fin de la République (cf. le procès de perduellio intenté en 63 à C. Rabirius, ou les consécrations de biens par des tribuns, en 68 et 58 : Thommen, Volkstribunat, 188, n. 95). On constate d’autre part que ni l’édilité de Caelius, ni la censure d’App. Claudius ne les protégèrent des procédures intentées contre eux.

Plusieurs hypothèses ont été avancées : Voigt, 276, supposait un procès comitial édilicien, Ferrini, 361, n. 3, suivi par B. Santalucia, Diritto et processo penale nell’antica Roma2, Milan, 1998, 70, n. 3, un procès comitial. On peut certes citer le procès intenté en 226 par l’édile curule M. Claudius Marcellus à C. Scantinius Capitolinus dans l’affaire vue supra, § 2, et Voigt, 271-272, rappelle que les affaires de stuprum de matrones étaient généralement jugées dans ce type de procédure, mais l'expression de Caelius, apud Drusum correspond mal à un jugement de cette nature.

La suggestion de F. Münzer, RE, 13, 1, 1926 s. u. Liuius n° 19, col. 883, qui attribuait à Drusus la fonction de praetor ou de iudex quaestionis, a été précisée par Kunkel, 73, n. 275 : n’étant pas préteur urbain (cf. infra), Drusus a pu présider une quaestio, qui, n’étant pas attestée par ailleurs, n’était pas permanente mais constituée au cas par cas, alors que Bauman, 122 n. 197, envisage un procès devant la quaestio de ui, sous la République, puis la quaestio de adulteriis, sous l’Empire, ce que la spécialisation des quaestiones créées par loi rend peu probable (voir les opinions voisines de A.H.M. Jones, The Criminal Courts of the Republic and Principate, Oxford, 1972, 57 ; Dalla, 93-94 ; Cloud, 219, n. 37, prudemment). On observera que l’édit du préteur, dans la clause par laquelle il refusait à certaines personnes considérées comme statutairement dégradées le droit d’intenter une action civile devant lui au nom d’un tiers, distinguait « celui qui avait subi physiquement ce que l’on fait aux femmes » et « celui qui a été condamné du chef d’une accusation capitale » (voir Vlp., 6 ed., D., 3, 1, 1, 6Remouet autem a postulando pro aliis et eum, qui corpore suo muliebria passus est. Si quis tamen ui praedonum uel hostium stupratus est, non debet notari, ut et Pomponius ait. Et qui capitali crimine damnatus est, non debet pro alio postulare., avec le commentaire de Lenel, Edictum perpetuum, 76). Même si la date de cette clause édictale n’est pas connue, il semble que se faire l’objet sexuel d’un autre homme ne fondait pas une accusation capitale, mais cette considération ne vaut pas pour la pédérastie au sens strict.

Enfin, Mommsen a avancé l’idée d’une action « populaire » (au sens que l’instance pouvait être introduite par quiuis e populo) en amende fixe à base légale, de forme civile, plaidée devant le préteur urbain. Kunkel a objecté que M. Liuius Drusus Claudianus ne pouvait être praetor urbanus en 50, la fonction étant occupée par C. Titius Rufus (RE 37), mais Ryan, 160-162, a observé à juste titre que iudicium fieri ne renvoyait pas aux débats in iure devant le préteur urbain, mais plutôt à la phase in iudicio, et a donc supposé que Drusus était le iudex unus désigné par le préteur (dans le même sens, Lovisi, 278). On a appuyé l’hypothèse d’un tel procès en invoquant la mention par Quintilien d’une amende de 10 000 sesterces dans une affaire de stuprum dont la victime et l’auteur étaient de sexe masculin : Quint., Instit., 7, 2, 68-6968. Ingenuum stuprauit et stupratus se suspendit. 69. Non tamen ideo stuprator capite ut causa mortis punietur, sed decem milia, quae poena stupratori constituta est, dabit. et Quint., Instit., 7, 4, 42Stuprator decem milia dare debeat, quae poena huic crimini constituta est, an, quia se stupratus suspendit, capite puniri tamquam causa mortis. Quo in genere falluntur qui ita dicunt tamquam inter duas leges quaeratur : nam de decem milibus nulla controuersia est, quae non petuntur ; iudicium redditur an reus causa sit mortis. (Mommsen, suivi par Cantarella, 274, et Lovisi, 278, et, avec hésitation, par Dalla, 95). Cependant, la valeur probante de ce rapprochement est faible : Quintilien ne mentionne expressément aucune lex rogata (Kunkel, 73 ; Cloud, 217), et il ne s’agit que d’une pseudo-loi de rhéteur (voir le scepticisme justifié de Cloud, 208 et 217 ; cf. une autre règle juridique fictive dans un des deux passages : Quint., Inst., 4, 2, 68Virginem rapuit, non tamen optio patri dabitur.). On doit d’autre part rappeler que la formation de jugement, dans les procès « populaires » en amende fixée par une loi (dont la procédure est imparfaitement connue), était très généralement, peut-être exclusivement, constituée de recuperatores (voir G. Pugliese, « Figure processuali ai confini tra iudicia priuata e iudicia publica », Studi in onore di Siro Solazzi, Naples, 1948, 409, et Mantovani, Accusa popolare, 123-127, 144), le seul cas éventuel de iudex unus étant fourni par la lex Iulia agraria, V, RS, 1, n° 22,Si quis aduersus ea fecerit, is in terminos singulos, quos eiecerit locoue mouerit sciens dolo malo, HS V m(ilia) n(ummum) in publicum eorum, quorum intra fines is ager erit, dare damnas esto ; deque ea re curatoris, qui hac lege erit, iuris dictio reciperatorumque datio addictio esto. Cum curator hac lege non erit, tum quicumque magistratus in ea colonia municipio praefectura foro conciliabulo iure dicundo praeerit, eius magistratus de ea re iurisdictio iudicisque datio addictio esto ; inque eam rem is, qui hac lege iudicium dederit, testibus publice dumtaxat in res singulas X denuntiandi potestatem facito ita, ut ei e re publica fideque sua uidebitur. (texte discutable, voir le commentaire de Crawford, RS, 1, 22). Il n’est cependant pas impossible que Drusus ait été l’un des récupérateurs désignés, le plus marquant par son statut sénatorial et sa mauvaise réputation.

L’hypothèse d’une action civile d’amende est donc légèrement plus probable. On doit néanmoins constater qu’une action de ce type intentée sur le fondement de la loi Scantinia ne figure pas au nombre des actions qualifiées à l’époque classique de famosae, dans lesquelles une condamnation dégradait le statut juridique d’un individu, actions dont une liste est fournie pour l’époque césarienne par la table d’Héraclée (voir RS, 1, n° 24 l. 108-119Quae municipia colonia<e> praefectura<e> fora conciliabula c(iuium) R(omanorum) sunt erunt, nei quis in eorum quo municipio/ colonia praefectura <foro> conciliabulo <in> senatu decurionibus conscreipteisque esto, neue quo<i> ibi in eo ordine/ sen{ten}temtiam deicere ferre liceto, quei furtei quod i<ps>e fecit fecerit condemnatus pactusue est erit ; / queiue iudicio fiduci<ae>, pro socio, tutelae, mandatei, iniuriarum deue d(olo) m(alo) condemnatus est erit ; queiue lege/ {P}Laetoria ob eamue rem, quod aduersus eam legem fec<i>t fecerit, condemnatus est erit ; queiue depugnandei/ caussa auctoratus est erit fuit fuerit ; queiue in iure <abiurauit> abiurauerit bonamue copiam iurauit iurauerit ; quei<ue>/ sponsoribus creditoribusue sueis renuntiauit renuntiauerit se soldum soluere non posse aut cum eis/ pactus est erit se depensum est erit ; quoiusue bona ex edicto / eius, qu<ei> i(ure) d(eicundo) praefuit praefuerit, praeterquam sei quoius, quom pupillus esset reiue publicae caussa abesset/ neque d(olo) m(alo) fecit fecerit quo magis r(ei) p(ublicae) c(aussa) a(besset), possessa proscriptaue sunt erunt; queiue iudicio publico Romae/ condemnatus est erit, quocirca eum in Italia esse non liceat, neque in integrum resti<tu>tus est erit; queiue in eo/ municipio colonia praefectura foro conciliabulo, quoius erit, iudicio publico condemnatus est erit., avec les commentaires de B. Albanese, Le persone nel diritto romano, Palerme, 1979, 404-412, et de Crawford, RS, 1, 385-386), alors qu’on y trouve la mention de l’action entreprise lege Laetoria, proche dans sa forme de celle que l’on attribue à la loi Scantinia. Or, la loi Laetoria (voir notice n° 595) ne punissait qu’une atteinte de nature pécuniaire portée à un mineur de vingt-cinq ans, dont on peut supposer qu’elle était tenue pour moins grave qu’une atteinte à sa pudicitia. On trouve en revanche dans cette liste tardo-républicaine la mention d’un condamné en vertu d’un iudicium publicum, ce qui pouvait inclure celui d’un condamné lege Scantinia, quelle qu’ait été la nature de ce iudicium publicum, quaestio pénale avec jurés ou instance civile devant un iudex ou des recuperatores. Mais ceci ne vaut pas pour les affaires de mollitia.

Comment citer cette notice

Philippe Moreau. "Lex Scantinia", dans Lepor. Leges Populi Romani, sous la dir. de Jean-Louis Ferrary et de Philippe Moreau. [En ligne]. Paris:IRHT-TELMA, 2007. URL : http://www.cn-telma.fr/lepor/notice648/. Date de mise à jour :18/01/20 .